Dhammapada verset 1

L’esprit précède tous les états mentaux. L’esprit est leur chef ; ils sont tous façonnés par l’esprit. Si avec un esprit impur, une personne parle ou agit, la souffrance la suit comme la roue suit le pied du bœuf.

L’histoire de bikkhu Cakkhupala

Alors qu’il résidait au monastère de Jetavana à Savatthi, le Bouddha prononça le verset 1 en référence à Cakkhupala, un bikkhu aveugle.

Un moine du nom de Cakkhupāla avait fait le vœu de ne pas s’allonger pendant toute la durée de la retraite des pluies. Il contracta une infection oculaire et le médecin lui donna des gouttes et lui dit qu’il devait s’allonger quand il les mettait dans ses yeux. Il refusa de s’allonger, car il avait fait ce vœu, alors sa condition s’aggrava. Il atteignit l’Éveil, mais devint aveugle en même temps.

Une nuit, alors qu’il faisait de la méditation ambulante, le bikkhu marcha accidentellement sur des insectes. Le lendemain matin, des bhikkhus visitant Cakkhupala trouvèrent les insectes morts. Ils racontèrent l’affaire au Bouddha.

Le Bouddha leur demanda s’ils l’avaient vu tuer les insectes. Lorsqu’ils répondirent par la négative, le Bouddha dit : « Tout comme vous ne l’avez pas vu tuer, il n’a pas non plus vu ces insectes vivants.  De plus, comme Cakkhupala avait déjà atteint l’Éveil, il ne pouvait pas avoir l’intention de tuer et il est donc tout à fait innocent ».

Les moines alors demandèrent la cause de sa cécité.

Le Bouddha raconta comment, dans une vie antérieure Cakkhupala avait été médecin, il avait traité les yeux d’une pauvre femme.  Elle promit de devenir sa servante si sa vue était rétablie. Le traitement rétablit sa vue, mais la femme prétendit que sa vue se détériorait.  Le médecin, sachant qu’elle lui mentait, riposta en lui donnant un autre traitement qui la rendit aveugle. C’est à cause de cette action maléfique que Cakkhupāla devint aveugle.

Puis le Bouddha dit

L’esprit précède tous les états mentaux. L’esprit est leur chef ; ils sont tous façonnés par l’esprit. Si avec un esprit impur, une personne parle ou agit, la souffrance la suit comme la roue suit le pied du bœuf.

Quelques réflexions …..

Habituellement, nous pensons que si les résultats de nos actions sont négatifs, nous sommes à blâmer mais ici le Bouddha explique que c’est l’intention qui donne à l’action sa valeur, pas le résultat.

Ce qui rend les actions contraires à l’éthique, c’est l’intention, l’état d’esprit avec lequel nous exécutons l’action.

Tout ce que nous faisons avec un esprit impur conduit à la souffrance pour nous-mêmes, mais aussi pour les autres.