Dhammapada Verset 382

Un bhikkhu qui, bien que jeune, se consacre à l’enseignement du Bouddha illumine le monde, comme la lune libérée des nuages.

L’histoire de Samanera Sumana

Alors qu’il résidait au monastère de Pubbarama, le Bouddha prononça le verset 382 à propos de Samanera Sumana.

Samanera (novice) Sumana était un étudiant de Vénérable Anuruddha. Bien qu’il n’ait eu que sept ans, il était un être Éveillé, doté de pouvoirs hors du commun. Un jour, alors que son maître Anuruddha était malade dans un monastère situé dans une forêt de l’Himalaya, il alla chercher de l’eau au lac Anotatta qui se trouvait à cinq cents yojanas (1 yojana = 12 km) du monastère. Le voyage se fit non pas par voie terrestre mais par voie aérienne grâce à son pouvoir supranormal. Plus tard, Vénérable Anuruddha l’emmena chez le Bouddha, qui séjournait alors à Pubbarama, le monastère offert par Visakha.

A cet endroit, d’autres jeunes bhikkhus et samaneras le taquinèrent en lui tapotant la tête, ou en lui tirant les oreilles, le nez et les bras, et lui demandèrent en plaisantant s’il ne s’ennuyait pas. Le Bouddha les vit et pensa qu’il ferait voir à ces jeunes bhikkhus les rares qualités du jeune Samanera Sumana. Le Bouddha fit donc savoir qu’il voulait qu’un samanera aille chercher une jarre d’eau dans le lac Anotatta. Le Vénérable Ananda chercha parmi les bhikkhus et les samaneras du monastère de Pubbarama, mais aucun n’était capable d’entreprendre une telle tâche. Finalement, le Vénérable Ananda demanda à Samanera Sumana qui accepta volontiers. Il prit une grande jarre en or devant le monastère et apporta bientôt l’eau du lac Anotatta pour le Bouddha. Comme auparavant, il se rendit au lac Anotatta et revint par les airs grâce à son pouvoir supranormal.

Le soir, lors de la réunion des bhikkhus, ces derniers racontèrent au Bouddha le merveilleux voyage effectué par Samanera Sumana. Le Bouddha leur dit :  » Bhikkhus, celui qui pratique le Dhamma avec vigilance et zèle est capable d’atteindre des pouvoirs supranormaux, même s’il est jeune. « 

Puis le Bouddha dit :

Un bhikkhu qui, bien que jeune, se consacre à l’enseignement du Bouddha illumine le monde, comme la lune libérée des nuages.

Quelques réflexions …..

Cette histoire est un peu extraordinaire, mais elle contient une leçon importante. Nous avons tendance à penser que nous devons enseigner aux enfants mais nous devons être humbles : certains enfants et jeunes ont parfois beaucoup à nous apprendre aussi. En fait, l’âge n’est pas un facteur que nous devrions prendre trop au sérieux, le plus important est la sagesse et le discernement et cela ne suit pas nécessairement l’âge.

Nous pouvons voir par nous-mêmes dans notre vie quotidienne comment des personnes calmes et bienveillantes illuminent le monde, quel que soit leur âge. On dit parfois que la poursuite de l’Éveil est égoïste, mais les qualités que nous développons sont si importantes dans le monde, elles profitent aux autres et ce n’est pas seulement ce que nous faisons mais aussi ce que nous ne faisons pas lorsque nous vivons en accord avec les préceptes.